La chambre de lactation – Frédéric Soulier

La chambre de lactation – Frédéric Soulier -2018

Pourquoi ? Parce que l’auteur promet un truc qui salit les doigts, et même s’il était fort probable qu’après la lecture, j’allais m’exclamer trop c’est trop, comme quelqu’un averti du danger qui plonge le nez dedans…. il fallait que je lise quand même.

L’histoire : Deux amis d’enfance arrondissent leurs fins de mois avec des cambriolages amateurs, jusqu’au jour où une proie repérée va les piéger, les séquestrer et je peux vous dire que la Guillemette a les arguments pour leur en faire subir.

Et alors ? Même si l’idée de départ répond à du déjà vu (les cambrioleurs finalement pris en otage.) la suite va fort dans l’insoutenable pour vous offrir de l’inédit.

Je n’ai pas vomi, mais je ne me suis pas toujours sentie à l’aise. Je ne doute pas du travail de recherche qu’a dû accomplir l’auteur pour gratifier son lecteur de quelques scènes bien crémeuses avec plus ou moins de grumeaux.

Quelques francs sourires ont allégé la lecture ; le côté scabreux est parfois balayé par des notes d’humour bien noires… Il suffit de visualiser la scène de visionnage d’Eliott le dragon en famille.

Je ne dirais pas que c’est ma lecture favorite de l’auteur, même si j’ai eu du mal à m’en décrocher.

En bref : Si vous êtes capables de monter l’échelle du huitième degré tout en bravant l’insoutenable, filez prendre une gorgée de ce petit lait.

https://www.amazon.fr/chambre-lactation-Frédéric-Soulier-ebook

Laissez entrer le miracle dans votre coeur – Frédéric Soulier

Laissez entrer le miracle dans votre coeur – Frédéric Soulier

Pourquoi ? J’ai toujours voulu faire une apparition, même furtive, dans les écrits d’un auteur. Bon je me suis fait refoulée à de nombreuses reprises. Marc Levy affirmait que j’étais boudinée dans une robe rouge à pois, quant à Maxime Chattam, il m’a certifié que je ne courais pas assez vite pour ma vie et que je ne me parlais pas assez à moi-même quand un tueur sanguinaire voulait ma peau… Heureusement Frédéric Soulier a juste validé ma candidature et le miracle est arrivé…

L’histoire : Le miracle, c’est Joslyn, le fruit supposé d’un viol, doté du jour au lendemain de pouvoirs de super-héros alors qu’il a à peine atteint la majorité. Est-il une nouvelle icône, un imposteur, une menace, celui qu’on attendait ou celui qui pourrait tous nous faire flamber ?

Et alors ? La nouvelle se compose d’articles, de propos rapportés par des gens plus ou moins proches du miracle, des fragments, des impressions des uns et des autres qui servent de socle pour un questionnement plus large.

L’ordre chronologique n’est pas respecté, cela ne nuit en rien à la compréhension et apporte une bonne dynamique à la lecture. Le format de la nouvelle est nickel, et je vous conseille (tout comme l’auteur) de la lire en un, voir deux jours.

Nous restons dans un certain flou quant à la genèse de l’énergumène, puisqu’ici on se préoccupe avant tout de l’impact. La parole est donnée aux adorateurs, aux septiques, aux rescapés et à ceux qui sont passés à côté de leur sauvetage. Le pouvoir du miracle amène le merveilleux ainsi que, emmerdements et réclamations.

Quant au final de la nouvelle, il est évidemment à la hauteur du phénomène.

Allez si je dois donner une seule chose qui m’a dérangée. Le titre. Eh oui j’ai du mal avec les titres de plus de six mots, c’est comme ça.

Je tiens aussi à préciser que je ne défends pas la nouvelle parce que j’y fais une apparition. Je ne me serais pas fendue d’un commentaire aussi long.

En bref : Dans cette nouvelle, l’auteur compile différents points de vue, d’angles de réflexion  : donner au lecteur des pistes sans le pourvoir d’un GPS.

Pour le trouver : https://www.amazon.fr/Laissez-entrer-Miracle-votre-coeur-ebook/dp/B0787BP7HM/ref=la_B00NRCWXOY_1_3?s=books&ie=UTF8&qid=1515853372&sr=1-3

Eau de Spleen – Frédéric Soulier

Pourquoi ? A l’approche de Noël, nous sommes toujours submergés par les pubs de parfum. Frédéric Soulier en rajouterait-il une dose avec cette nouvelle :  Eau de Spleen ? Quelque chose me dit qu’il a laissé la féérie et les paillettes de côté. Alors si j’allais renifler ce que l’auteur nous a concocté.

L’histoire : D’un côté les extraits du journal de Benoit, jeune sapeur pompier, fraîchement amoureux et surtout encombré d’une mère intrusive. De l’autre, le récit de son réveil dans une chambre d’hôpital ’emmuré vivant dans son propre corps’ (je reprends la description de l’auteur vu que je n’ai pas trouvé mieux).

Et alors ? Nouvelle puissante, un besoin capiteux de continuer, une fin entêtante.

Les extraits du journal de Benoit nous emmènent vers l’inéluctable. Une explosion détruira le jeune homme, et ne lui laissera qu’un seul sens en état de marche : l’odorat.  La mère et la bien aimée de Benoit, autrefois rivales, se retrouvent au chevet du jeune homme.

Une nouvelle addictive et actuelle qui pose questions sur le choix d’un homme privé de toutes raisons de vivre, il est refoulé au plaisir, maintenu en vie par deux proches qui veulent encore le meilleur pour lui.

Et puis la fin, imprévisible, dérangeante, terrible…

En bref : Un échantillon de ce que l’auteur fait de mieux. Un suspens vaporisé, des notes d’actualité, des personnages embaumants relevés par des anecdotes fleuries….

Pour trouver la nouvelle : 

https://www.amazon.fr/Eau-Spleen-fragrance-Fr%C3%A9d%C3%A9ric-Soulier-ebook/dp/B077FZVK46/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1512075794&sr=1-1&keywords=eau+de+spleen

Des morts, des vivants – Frédéric Soulier

(5 / 5)

Pourquoi ? Alors au début ce n’était pas gagné que je lise Des morts, des vivants. Sur le groupe de lecture Accro aux livres, je rencontrais un énergumène qui faisait la promotion de ce que je pensais être une énième histoire de zombies. C’est en découvrant sa prose au détour de quelques articles et après avoir lu deux de ces nouvelles, que je me suis lancée dans la lecture….

L’histoire : Nous faisons un saut dans le temps pour nous retrouver dans les ruines de notre monde, ravagé par ce que nos croyances et notre soif de pouvoir font de pire. Les rôles ont changé, l’Europe ciblée par la bombe Beyoncé (oui oui, ici Queen B est radioactive au premier sens du terme.) cherche à fuir, les bombardements, la répression et les morts-vivants.

Et alors ? Assez admirative, puisque l’auteur se sert d’un sujet surexploité (la contamination à grande échelle.) pour te livrer une oeuvre des plus originales. On laisse de côté le trait d’union, ici on parle des morts et des vivants, et surtout de l’âme humaine malmenée face à des situations extrêmes.

Beaucoup de force sont dans le roman. Il y a tout d’abord une résonance avec notre monde d’aujourd’hui… Mis à part les zombies (qui ne sont au final pas le point central de l’histoire.) la vision d’un futur plausible fait froid dans le dos. La religion qui nourrit la guerre qui engendre une barbarie admise. On est à se demander qui est réellement contaminé, les morts qui reviennent à la vie ou ces miliciens qui instaurent de nouvelles lois.

L’autre puissance c’est le style. Pip le narrateur parle une sorte de patois qui mélange différents registres de langues avec quelques mots volontairement déformés (nirlandais, prosquimité, abondasif, .) Certains lecteurs peuvent en être déroutés, d’autres embarqués, comme je l’ai été. Je suis allée au Cratère, dans ce camp de réfugiés, ils fuient la guerre, veulent échapper aux zombies, ils sont rassemblés dans la crasse, au milieu des mouches, confrontés aux maladies (la gale), à la famine et à ce qu’ils considèrent comme le pire …. l’ennui.

En bref : C’est une vision noire, révoltante d’un futur qu’on ne veut pas, une histoire de fuite et de quête d’un monde meilleur. Mais c’est aussi un petit bijou qui malmène la langue française pour en sortir le meilleur. Je recommande tout simplement.

Pour trouver Des morts, des vivants :

https://www.amazon.fr/morts-vivants-Fr%C3%A9d%C3%A9ric-Soulier-ebook/dp/B06XWY3TQ6

Pour les récalcitrants d’Amazon, vous avez plein de moyens de vous procurer du Soulier  https://fredericsoulier.wixsite.com/auteurindependant

Et puis pour vous donner envie : une interview de Pip le Clou, le narrateur du roman :

En tête à tête avec un personnage de roman – Philippe Lacroix personnage de « Des morts des vivants » de Frédéric Soulier

Extraits :

Au Cratère se parlait un drôle de langage, mélange d’argot, d’interjections, d’élision et d’emprunts altérés aux diverses langues parlées par les habitants. C’était un sabir que je vous retranscris pas à l’identique, et dont je me contente de vus faire goûter le sel.

Depuis bientôt six mois, les candidats à l’émigration ne passaient plus en Tunisie qu’en perfusion. Les gardes côtes reconvertis en impitoyable cerbères chassaient sans répit les réfugiés. Conséquence, le camp Agira, enflait, faisait de la rétention.

Mais pour un homme qui a perdu toute sa famille en un instant, le dico se déclare incompétent.