Esprit d’hiver – Laura Kasischte

Esprit d’hiver – Laua Kasischte

Pourquoi ? On me dit que cette auteure maitrise le suspense sans meurtre, ni disparition inquiétante ? Serait-elle la petite soeur de Joyce Carol Oates ? A voir, à lire !

L’histoire : Holly prépare le repas de Noël, alors que le blizzard entraine le désistement de ses invités et que sa fille, Tatiana, vient régulièrement dans la cuisine entretenir les hostilités.

Et alors ? Terrible huis-clos qui met en scène les relations enneigées entre une mère et sa fille adoptive. Holly, la mère s’est réveillée avec une certitude et cette phrase tournoie tout au long de la lecture « Quelque chose les aurait suivis depuis la Russie jusque chez eux. » Russie, en Sibérie plus précisément, là où ils sont revenus de l’orphelinat avec la petite Tatiana devenue aujourd’hui une belle adolescente.

Nous suivons les longues heures de préparation d’un repas qui n’aura pas lieu. Alors que la table de Noël est abandonnée par les invités, les souvenirs de Holly refont surface ; des détails, des images viennent puis reviennent quelques pages plus loin avec un éclairage différent. Certains lecteurs se régaleront de ces flashback, d’autres y verront un ralentissement dans l’intrigue. Ils apportent pourtant au roman une saveur particulièrement glaçante.

Au tout départ, j’ai eu un peu de mal à être séduite, je ne comprenais pas ces relations tendues entre mère et fille à cause de détails insignifiants. Je doutais aussi de ne pas être à l’aise avec les quelques touches surnaturelles qui surviennent au milieu du roman. Et pourtant…

Le portrait de Holly s’ancrera dans ma mémoire de lecteur, même si j’avoue qu’il m’a manqué un petit quelque chose dans l’écriture de Laura Kasischte. Aucune poésie, ni fioriture. Les événements et les questionnements qu’ils soulèvent suffisent, me diront certains. Oui mais quelques jolies pirouettes littéraires auraient contribué encore plus à mon bonheur !

En bref : Une lecture addictive sans être un thriller.

Eau de Spleen – Frédéric Soulier

Pourquoi ? A l’approche de Noël, nous sommes toujours submergés par les pubs de parfum. Frédéric Soulier en rajouterait-il une dose avec cette nouvelle :  Eau de Spleen ? Quelque chose me dit qu’il a laissé la féérie et les paillettes de côté. Alors si j’allais renifler ce que l’auteur nous a concocté.

L’histoire : D’un côté les extraits du journal de Benoit, jeune sapeur pompier, fraîchement amoureux et surtout encombré d’une mère intrusive. De l’autre, le récit de son réveil dans une chambre d’hôpital ’emmuré vivant dans son propre corps’ (je reprends la description de l’auteur vu que je n’ai pas trouvé mieux).

Et alors ? Nouvelle puissante, un besoin capiteux de continuer, une fin entêtante.

Les extraits du journal de Benoit nous emmènent vers l’inéluctable. Une explosion détruira le jeune homme, et ne lui laissera qu’un seul sens en état de marche : l’odorat.  La mère et la bien aimée de Benoit, autrefois rivales, se retrouvent au chevet du jeune homme.

Une nouvelle addictive et actuelle qui pose questions sur le choix d’un homme privé de toutes raisons de vivre, il est refoulé au plaisir, maintenu en vie par deux proches qui veulent encore le meilleur pour lui.

Et puis la fin, imprévisible, dérangeante, terrible…

En bref : Un échantillon de ce que l’auteur fait de mieux. Un suspens vaporisé, des notes d’actualité, des personnages embaumants relevés par des anecdotes fleuries….

Pour trouver la nouvelle : 

https://www.amazon.fr/Eau-Spleen-fragrance-Fr%C3%A9d%C3%A9ric-Soulier-ebook/dp/B077FZVK46/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1512075794&sr=1-1&keywords=eau+de+spleen