Le jour béni où je suis devenu nègre – Arnaud Le Bian

Le jour béni où je suis devenu nègre – Arnaud Le Bian 2018

Pourquoi ? T’as une kindle, t’as pas la nouvelle d’Arnaud Le Bian, non mais allô quoi ?

L’histoire : Le parcours d’un garçon qui avait tout pour sublimer les mots, mais qui se retrouve confronté à l’impitoyable loi du rendement dans le monde de l’édition.

Et alors ? Je commencerai, une fois n’est pas coutume, par son seul défaut…. C’est trop court. C’est trop court, parce que c’est bon, chaque phrase est lustrée, on est à peine attablé devant un menu des plus alléchants, que le cognac est servi.

La nouvelle reflète tout à fait l’auteur. (Tiens je vais tout faire de travers, je vais m’attarder sur celui qui écrit.) Vous l’avez peut-être croisé sur les réseaux sociaux, vous savez l’énergumène contre les romans de synthèses au vocabulaire limité qui nous vante la densité, la profondeur et irrite plus d’un au passage. Pour certain, c’est un chevalier noir, pour d’autres un élitiste, le mal aimé, tantôt blasé, tantôt cynique…. Et bien je vais faire court, c’est surtout l’un des auteurs indé les plus talentueux, pas foutu de faire sa pub…

En bref : Il arrive quand le prochain roman ?

Laissez entrer le miracle dans votre coeur – Frédéric Soulier

Laissez entrer le miracle dans votre coeur – Frédéric Soulier

Pourquoi ? J’ai toujours voulu faire une apparition, même furtive, dans les écrits d’un auteur. Bon je me suis fait refoulée à de nombreuses reprises. Marc Levy affirmait que j’étais boudinée dans une robe rouge à pois, quant à Maxime Chattam, il m’a certifié que je ne courais pas assez vite pour ma vie et que je ne me parlais pas assez à moi-même quand un tueur sanguinaire voulait ma peau… Heureusement Frédéric Soulier a juste validé ma candidature et le miracle est arrivé…

L’histoire : Le miracle, c’est Joslyn, le fruit supposé d’un viol, doté du jour au lendemain de pouvoirs de super-héros alors qu’il a à peine atteint la majorité. Est-il une nouvelle icône, un imposteur, une menace, celui qu’on attendait ou celui qui pourrait tous nous faire flamber ?

Et alors ? La nouvelle se compose d’articles, de propos rapportés par des gens plus ou moins proches du miracle, des fragments, des impressions des uns et des autres qui servent de socle pour un questionnement plus large.

L’ordre chronologique n’est pas respecté, cela ne nuit en rien à la compréhension et apporte une bonne dynamique à la lecture. Le format de la nouvelle est nickel, et je vous conseille (tout comme l’auteur) de la lire en un, voir deux jours.

Nous restons dans un certain flou quant à la genèse de l’énergumène, puisqu’ici on se préoccupe avant tout de l’impact. La parole est donnée aux adorateurs, aux septiques, aux rescapés et à ceux qui sont passés à côté de leur sauvetage. Le pouvoir du miracle amène le merveilleux ainsi que, emmerdements et réclamations.

Quant au final de la nouvelle, il est évidemment à la hauteur du phénomène.

Allez si je dois donner une seule chose qui m’a dérangée. Le titre. Eh oui j’ai du mal avec les titres de plus de six mots, c’est comme ça.

Je tiens aussi à préciser que je ne défends pas la nouvelle parce que j’y fais une apparition. Je ne me serais pas fendue d’un commentaire aussi long.

En bref : Dans cette nouvelle, l’auteur compile différents points de vue, d’angles de réflexion  : donner au lecteur des pistes sans le pourvoir d’un GPS.

Pour le trouver : https://www.amazon.fr/Laissez-entrer-Miracle-votre-coeur-ebook/dp/B0787BP7HM/ref=la_B00NRCWXOY_1_3?s=books&ie=UTF8&qid=1515853372&sr=1-3

L’ombre d’un écrivain – Condie Raïs

L’ombre d’un écrivain – Condie Raïs

Pourquoi ? Voilà j’ai attrapé au vol un post Facebook m’invitant à découvrir la plume d’une auteure qui correspondait plutôt à mes goûts, alors hop dans la tablette… à nous Condie !

L’histoire : Marc se veut écrivain, mais il frôle la catastrophe dès qu’il ébauche une quelconque histoire. Il demande alors de l’aide à sa voisine Condie Raïs qui écrit pour lui et le propulse tête de gondole. Succès sans équivoque jusqu’à ce que Condie organise une rencontre avec Isabelle, férue de belle littérature.

Et alors ?

Il faut adhérer à l’humour grinçant de l’auteure et si c’est le cas (comme pour moi) ce roman est une pure partie de plaisir. Les différents personnages prennent la parole à tour de rôle. Marc imagine des suites improbables pour son roman sentimental, Isabelle vibre pour ses auteurs fétiches (Fante, Roth, Bukowski.) alors qu’autour d’elle, on cherche à la faire adhérer à la littérature de supermarché. Et évidemment, il y a Condie Raïs, célibataire, décrite comme vieille (mais pas trop!) et qui carbure au vin blanc et à la nicotine. Elle va chapeauter la relation entre Marc et Isabelle et s’en amuser avec un certain détachement.

La part des dialogues est importante ce qui rend la vitesse de lecture assez rapide, avec des faux airs de théâtre. Les personnages sont peu nombreux, les descriptions réduites au minimum.

Beaucoup de lecteurs se sentiront en terrain familier, puisque sous couvert de noms trafiqués ou non, on parle d’écrivains, de romans, du monde de l’édition. Mais derrière l’humour, Condie égratigne sérieusement le monopole d’une certaine catégorie de livres dont le modèle de base semble être décliné à l’infini, histoire de ne pas perdre le lecteur. Comme le qualifierait Tyler Durden Un style de roman copie, d’une copie, d’une copie. (avec quelques variantes dans les décors et noms des personnages.) pour nous servir au final le même breuvage.

En bref : Roman court, à l’humour qui grince, qui pince. Une belle découverte. Ce ne sera pas ma dernière lecture de Condie Raïs.

Extraits :

Condie Raïs est ma vieille voisine de palier et elle boit comme un trou. Enfin à partir d’une certaine heure seulement, mais tout de même. Elle vit toute seule dans son appartement, si l’on fait exception d’une paire de siamois particulièrement teigneux, et au coucher du soleil, elle commence à siphonner du vin blanc en écoutant de la musique classique…

Quand je suis revenue au salon, Isabelle semblait avoir encaissé ce que je venais de lui annoncer. C’est ça le côté positif avec les jeunes.Vous leur expliquez qu’une météorite géante va percuter la Terre, ils accusent le coup quelques instants, puis ils vous demandent s’il y aura suffisamment de place pour stocker les réserves de coca light dans le vaisseau de survie.

Survivant – Chuck Palahniuck

(4 / 5)

Pourquoi ? Envie de retrouver la plume déjantée de l’auteur. Fight club et quelques nouvelles de A l’estomac, étant de purs joyaux, Survivant en est peut-être un ? Verdict.

L’histoire : Tender Brandon est seul dans un avion, qu’il a lui même détourné, et attend que le dernier réacteur rende l’âme pour se crasher. En attendant une mort inéluctable, il livre les détails de sa vie hors norme à la boite noire. Son histoire : esclave des temps modernes, issu d’une famille enchainée docilement à une secte les Creedish. Suite aux suicides en masse de tous les adeptes, il se verra propulser au rang de sauveur ultime, le tout orchestré par les médias.

Et alors ? Tellement de choses débordent de ce roman, que c’est bon, mais c’est aussi trop… et malheureusement, j’ai dû faire quelques raccords. je m’explique.

Le début nous donne à saliver, la narrateur nous promet une histoire hors norme et la pagination nous met dans l’ambiance, on va assister à un compte à rebours. (même si je conçois la notion de compte à rebours concernant le crash, mais le reste de l’histoire est quant à elle bien linéaire, avec quelques sauts dans le passé.) enfin bref.

Je me suis régalée avec la première partie. Nous faisons connaissance avec Tender Branson, esclave des temps modernes. Il est « employé » par un couple de riches dont la seule préoccupation est d’avoir une maison qui brille de mille feux et de savoir comment décortiquer correctement un homard. Les trouvailles et les détails abondent et là, je retrouve mon Chuck adoré, décalé avec une minutie dans les descriptions notamment quand il nous explique comment nettoyer toutes sortes de tâches (j’ai même failli avoir une envie de faire du ménage pour vous dire…)

Tender est maniaque, obsessionnel, mais il est surtout entouré de plus cinglés que lui. Il est suivi par une assistante sociale barjot, il rencontre une jeune femme Fertilité, à la limite de la folie. Et quand suite au suicide collectif de toute la secte dont il faisait partie, ainsi que de l’assassinat et/ou suicide des restants, Tender devient un Dieu vivant, grâce à l’aide des médias, il est épaulé par un agent qui a franchi depuis longtemps les frontières de la folie.

Quand on lit du Palianick, il faut accepter qu’aucun personnage ne tourne rond et que ce grand n’importe quoi donne un énorme pamphlet contre notre société moderne. La nécessité des gens à vouloir croire en quelqu’un de supérieur, et quand religion et médias s’associent ils n’engendrent qu’excès à la limite d’un fanatisme crétin. La surconsommation, le diktat de la beauté, le culte bêtifiant, tout ça est passé sur le grill où suintent avec bonheur le cynisme et l’humour noir. Je ne peux qu’adhérer aux idées du livre, à ce qu’il dénonce… mais il faut sacrément s’accrocher pour ne pas perdre le fil.

Notamment entre la première et la deuxième partie, quand Tender passe d’esclave au rang de protecteur superstar. C’est presque un virage que je n’ai pas vu venir, et j’ai eu l’impression de courir pour rattraper le train. (alors que le protagoniste est dans un avion me direz-vous.) J’ai failli abandonner les dernières pages, ce que j’aurai fait si on ne m’avait pas promis une touche finale renversante.

Je mets quand même quatre étoiles pour l’imagination sans limite de l’auteur, et même si son roman est parfois un foutu bordel, il écrit des choses terriblement éclairées. (voir les extraits…)

En bref : Un drôle de petit roman que je trouve à la fois génial et un peu compliqué à suivre. L’auteur est comme un chien fou ayant bien du mal à canaliser son imagination qui grandit de façon exponentielle devant tous les bâtons que la société moderne lui lance.

Extraits :

Les gens n’aiment pas qu’on mette de l’ordre dans leur vie. Personne ne veut voir ses problèmes résolus. Ses drames, ses égarements, ses histoires réglées, sa vie débarrassée de ses merdes. Sinon, que resterait-il à tout à chacun ?

La clé du salut, c’est la quantité d’attention que vous recevez. la grandeur de votre image. Votre part de marché. Votre visibilité publique. la reconnaissance de votre nom. Votre suivi presse. Le bouche à oreille.

Le miracle que j’ai à ma disposition est tellement grand qu’il faudra jusqu’au dernier policier de cette ville pour empêcher les foules de me tuer. Chose que je n’ai pas dit à l’agent. je ne lui dis pas que c’es bien là l’idée. Les policiers auront les mains tellement pleines à essayer de me garder en vie […] Détail que je ne précise pas à l’agent.

Lunar Park-Bret Easton Ellis

 

Lunar Park – Bret Easton Ellis – 2005
(5 / 5)

Pourquoi ? L’oeuvre d’un sulfureux auteur américain, affublé du titre de meilleur roman pour Lire en 2005, ne pouvait qu’attirer mon attention. Allons-y !

L’histoire : Bret Easton Ellis use de l’autofiction pour se mettre en page. Il se décrit comme dépendant aussi bien à la vie frelatée qu’aux drogues en tous genres, en passant une propension démesurée au sexe. Suite au décès de son père, l’auteur décide néanmoins de se ranger et d’adhérer au schéma idéal avec femme et enfant. Mais ses ambitions de retour à la case normale sont vite mises à mal par les personnages de ses romans et de son passé qui veulent faire voler en éclat la vie idéale dont il rêvait.

Et alors ? Complètement retournée par la première partie. Ellis se caricature à outrance ou plutôt livre le portrait que les gens ont dressé pour lui. Est-il réellement maitre de son image ? La partie autobiographique (arrangée à l’excès) laissera ensuite la place à la fiction ; Bret s’imagine enfin rangé et brode une histoire avec quelques fils de vérité. (Il n’est pas forcément des plus optimistes.) En se mettant en scène, il en profite pour égratigner la société, la façon dont nous survolons les catastrophes dans le monde pour mieux nous plonger dans le futile. Les enfants drogués dès le plus jeune âge pour qu’ils rentrent dans le cadre voulus par leurs parents eux-mêmes accros à ce qu’ils pensent pouvoir les rendre meilleurs. Et avec en toile de fond de sombres histoires de disparition et de meurtres. Bret est-il réellement innocent dans le cauchemar qui commence à prendre forme autour de lui.

Pour lire Lunar Park, il faut adhérer au style de l’auteur, phrases longues, parfois une foule de détails concernant les décors luxueux, ainsi qu’un humour froid dans lequel nous trouvons une mélancolie résignée.

Le lecteur peut-être surpris, car Bret Easton Ellis semble changer de genre en cours de roman, autobiographie, satire de la société pour terminer en ce qui ressemblerait à la fin d’un roman de Stefen King avec une part de fantastique. Déroutant, mais pas dérangeant pour apprécier cet excellent roman, plus complexe qu’il n’y parait.

En bref : si vous n’avez rien contre l’humour noir et blasé, parfois cru, d’un auteur en proie avec la superficialité du monde qui l’entoure, allez-y.

Extraits :

Interférence du jour : il me fallait trouver une phrase pour la promo d’un livre banal et inoffensif, écrit par une connaissance à New-York, encore un roman médiocre et poli (La plainte du millepatte.) qui allait obtenir quelques critiques respectables et puis être oublié à jamais. La phrase que j’ai fini par concevoir était désinvolte et évasive, une suite de mots si vagues qu’elle aurait pu s’appliquer à n’importe quoi : je ne pense pas être tombé sur une oeuvre aussi résolument tournée sur elle-même depuis des années.

La lecture des journaux n’a fait que réveiller ma peur. De nouvelles enquêtes donnaient des statistiques atroces sur à peu près tout. Les preuves apportées suggéraient que nous n’allions pas bien. Les chercheurs en convenaient sinistrement. […] La population était déconcertée et pourtant s’en fichait.

Ecrivain, il m’était plus facile de rêver du scénario le plus enviable que celui qui venait de se dérouler en fait.