Les visages – Jesse Kellerman

Les visages – Jesse Kellerman – 2009
(3 / 5)

Pourquoi ? Encore un livre pêché lors du rangement de la bibliothèque des beaux parents. Une couverture qui attise ma curiosité et quelques accroches finissent par me convaincre de me lancer dans la lecture. Go !

L’histoire : Ethan Muller est propriétaire d’un galerie. Choix de carrière qu’il dévoile par la suite comme un acte de rébellion… une rébellion envers son père, mais facilitée par la fortune de ce dernier. Enfin… Ethan réussit plutôt bien, gravit les échelons dans un monde de nantis qui aiment qu’on leur dise quoi acquérir comme chef-d’oeuvre. Mais la vie du jeune galeriste est détournée de ses objectifs, le jour où le bras droit de son père lui fait découvrir un tas de papiers griffonnés, qui une fois assemblés forment ce qui semble être une spectaculaire oeuvre d’art. Trouvaille fabuleuse jusqu’à ce qu’un flic à la retraite, lui fasse gentiment remarquer qu’une partie de l’oeuvre révèle les visages des victimes d’un ancien tueur en série.

Et alors ? Le problème de la lecture est qu’on ment un peu sur la marchandise. La quatrième de couverture nous laisse miroiter quelque chose d’haletant, un suspens de grande envergure et  le début du roman va dans ce sens… Sauf qu’il ne s’agit pas que de ça. C’est un bon roman, c’est presque une belle histoire, mais ce n’est pas (et tout à son honneur) un thriller !

Le récit est composé de flash-back pour raconter l’histoire de la famille Muller. Peut-être que l’histoire des origines remontent un peu trop haut, car je me suis un peu perdue dans les branches avant d’atterrir plus fermement et de comprendre où on voulait m’emmener. Et ce sont notamment ces interludes dans le passé qui relèvent la fin du livre, puisque j’ai trouvé plus intéressant l’histoire de la famille Muller que la pseudo enquête d’Ethan et Samantha.

Le style m’a aussi paru un peu inégal. Les quelques références à l’art m’ont ravies, et les descriptions sur le milieu sont un pur régal.  J’adhère moins quand l’auteur veut interpeller son lecteur, (Il faut que je fasse plus roman noir ; en tout cas j’aimerais bien. J’ai même pensé à inventer quelque chose ; pour vous dire à quel point j’avais envie de vous faire plaisir.) Connivence inutile, comme si l’auteur voulait raviver l’attention de son lecteur. Kellerman n’en avait pas forcément besoin.

En bref : Un bon livre qui n’aurait peut-être pas dû prétendre être un thriller. (le pire c’est que l’auteur est tout à fait d’accord avec nous!!)

Extraits :

Une partie de ce qui nous attire chez les artistes est leur altérité, leur refus du conformiste, leur majeur brandi au visage de la société. […] Les peintres sans le sou se consolent en rêvant au jour lointain où leur folie sera admirée comme génie précurseur.

D’autres essayaient de m’entrainer dans des conversations sur des artistes et des expos dont j’ignorais jusqu’à l’existence. Le rythme du marché contemporain est tel qu’il s’agit de s’absenter à peine plus d’un mois pour se retrouver complètement hors du coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *