Les amants de Spoutnik – Haruki Murakami

Pourquoi ?  Ayant vraiment bien apprécié la lecture de Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil, j’avais l’envie de renouveler l’expérience avec Murakami, retrouver son style à a fois épuré et poétique ; me retrouver tout simplement en terrain connu suite à une expérience non concluante avec la plume (talentueuse, mais pas forcément des plus abordables.) de Tony Morison.

L’histoire : Notre narrateur K, jeune professeur insatisfait dans ses relations amoureuses, est en réalité attiré par Sumire. Cette dernière se destine à l’écriture, jusqu’à ce qu’elle tombe sous le charme de Miu, une trentenaire mariée dont elle deviendra la secrétaire.

Et alors ? Facile à lire, le roman vous laissera quand même vous débrouiller avec quelques subtilités ; nous naviguons entre le réel et le monde parallèle.
Avec l’auteur japonais, on se pose, on lit, on se questionne, on voyage. Le tout est calmement bousculé par certaines situations qui tiennent de l’irréel. La part de l’onirisme dans le roman est assez légère, mais essentielle. Elle tient davantage à de la poésie, de l’image. (Rien que le nom Spoutnik a son importance.)
Il se passe peu de choses, mais j’ai parcouru le livre sans ennui, peut-être juste un peu déçue, car j’ai été moins saisie que pour Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil (oui bon je m’attendais à plus de sensualité, forcément le sujet étant un triangle amoureux, j’ai peut-être fantasmé.) Or, il est question d’autre chose, les protagonistes s’appesantissent plus sur des sujets comme la solitude, l’écriture, mais aussi le manque de désir.

En bref ; Si vous ne voulez pas être guidé, et que vous avez envie d’une part de réel, une part de flou et une part rien que pour vous, tester Murakami.

Extrait :
C’est sans doute pour cette raison que, très jeune, j’appris à tracer une frontière invisible avec les autres. J’établissais une distance subtile entre moi et mes relations, quelles qu’elles soient, et observais les réactions de mes partenaires en veillant à ce que cette distance ne rétrécisse pas.

Sumire se leva lentement, et entreprit de mettre le pyjama de Miu. Il fallut du temps pour en refermer les boutons. Elle n’avait aucune force dans les doigts. Pourtant Miu la regarda sans faire un geste pour l’aider, comme si elle observait une sorte de cérémonie religieuse.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *