Sukkwan Island – David Vann

Sukkwan Island – david Vann – 2010

Pourquoi ? Gallmeister, Gallmeister, la maison d’édition dont on ne cesse de ma vanter la qualité des romans…. Faut que je m’en mette un sous la dent tiens ! Alors quand Jo me dit qu’elle en a eu le souffle coupé avec celui là, je pars à Sukkwan Island

L’histoire : Suite à une remise en question globale, Jim s’isole une année avec son fils de treize ans au sud de l’Alaska. Dans une cabane isolée, conifères et saumons glacés….

Et alors ? Mon libraire m’avait prévenue, attention, c’est glauque et il a sans doute ajouté froid… Bon de toute façon, j’avais envie de me faire congeler un bon coup. (Je tiens à signaler que la place trouvée dans mon congélateur pour le roman ne sous-entend nullement que je l’ai pas aimé, si c’était le cas, je ne m’amuserai pas à la mise en scène.) Enfin bref, je me sentais partie pour exploiter tout le champ lexical du froid, mais je vais faire autrement. Le roman se joue en deux temps. La première nous révèle l’amateurisme (et/ou l’égoisme ?) d’un père se frottant à une expérience extrême pour soi-disant se sauver de ses propres démons.  J’ai eu pitié pour son fils volontaire aux gamelles, sans doute convaincu d’apporter à son géniteur un peu de paix intérieure.

La mi-roman pourrait sonner comme un épilogue tragique, mais elle nous ouvre en réalité un nouvel épisode des plus lugubres…

Sukkwan Island me laissera quelques engelures et je lui trouve une place dans la catégorie des romans qui m’ont marquée, même s’il m’a manqué un petit quelque chose au niveau des personnages.. Beaucoup de non-dits entre père et fils, une place importante accordée au silence.

En bref : Un roman glacé, où le décor – personnage à part entière – est un spectateur du drame.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *